LAM - Les Afriques dans le monde

Travaux et Documents n° 63 - 1999

Version imprimable version PDF

 

ANALYSE DE L'EFFICACITÉ DE LA DÉVALUATION DU F. CFA EN CÔTE-D'IVOIRE
Sylvie COSTE

Télécharger l'ouvrage complet

Résumé

Après la dévaluation du franc CFA du 12 janvier 1994, la Côte-d'Ivoire a connu une embellie économique. La production s'est redressée dans l'ensemble des secteurs et les déséquilibres interne et externe se sont fortement amenuisés. Toutefois le retour à la croissance apparaît ambigu. En effet, cette croissance a été fortement impulsée de l'extérieur par des cours internationaux élevés des principales exportations de la Côte-d'Ivoire, l'appréciation du dollar et des apports d'aide importants. Ces facteurs conjoncturels fragilisent la reprise d'autant plus que des faiblesses internes persistent. La croissance ne s'est pas accompagnée d'une reprise conséquente de l'investissement apte à assurer la durabilité du processus. Les réformes structurelles censées notamment favoriser l'investissement se sont réalisées avec lenteur. Par ailleurs, la dévaluation a principalement profité à l'État qui, via la fiscalité de porte, a capté l'essentiel de la prime monétaire. L'érosion des revenus réels consécutive au changement de parité a eu pour corollaire un accroissement de la pauvreté. En définitive comme l'a montré l'actualité récente, les problèmes de la Côte-d'Ivoire sont loin d'être réglés.

After the devaluation of the CFA Franc of 12 January 1994, the Ivory Coast went through a period of economic improvement. Production picked up in all sectors, and domestic and external imbalances diminished significantly. However, the return to growth seems ambiguous. Indeed, this growth was strongly boosted from abroad by high international trading prices for the principal exports from the Ivory Coast, the appreciation of the dollar, and large-scale aid contributions. These economic factors have weakened the country's recovery, especially in light of the fact that domestic weaknesses persist. Growth was not matched by a rise in the investment needed to ensure the durability of the process. The structural reforms that were supposed to favour investment were only achieved slowly. In addition, the devaluation mainly benefited the State, which, via customs duties, collected the majority of the premium. The erosion of real income following the change in parity went hand in hand with an increase in poverty. As recent events have shown, the problems of the Ivory Coast are by no means over.

 

Site internet réalisé par Informatique Libre