LAM - Les Afriques dans le monde

Travaux et Documents n° 72 - 2002

Version imprimable version PDF

 

ACTEURS, ENJEUX ET TENDANCES DES ÉCOLES CATHOLIQUES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE
Le cas de la Côte-d'Ivoire (1960-2000)

Éric LANOUE

Télécharger l'ouvrage complet

Résumé
Les orientations des politiques scolaires, l’impact de l’économie de marché et les formes de mobilisation collective ont été rarement abordés à partir de l’évolution des secteurs d’enseignement privé. Dans cette enquête menée à partir d’archives et d’entretiens, l’auteur cerne trois aspects majeurs de l’itinéraire des écoles catholiques en Afrique subsaharienne : l’internationalisation des réseaux scolaires catholiques et leur dynamique d’intégration nationale au sein des systèmes d’enseignement public, les effets de la privatisation scolaire sur les ordres d’enseignement, la mobilisation d’acteurs de plus en plus politisés depuis les années 1990. Le premier aspect distingue deux tendances relatives à l’héritage scolaire colonial : des missionnaires européens soutenus par le Vatican, issus des ex-colonies belges où l’enseignement catholique était hégémonique, souhaitèrent fédérer les réseaux scolaires catholiques tandis que d’autres missionnaires, issus d’Afrique de l’Ouest francophone, œuvraient à leur insertion nationale. Le dessein d’un panafricanisme catholique pouvait-il triompher sans le succès du panafricanisme politique ? Le second aspect, centré sur le cas ivoirien, détaille les changements structurels consécutifs à l’application des plans d’ajustement : comment les Églises et les enseignants réagirent-ils aux mesures d’austérité ? Peut-on parler d’une « privatisation » scolaire étant donné que certains dirigeants et enseignants revendiquent un soutien de l’État ? Enfin, le troisième aspect circonscrit du côté catholique les enjeux des luttes syndicales et estudiantines dans le contexte politique et économique des années 1990 : comment de nouveaux acteurs s’interposèrent-ils entre les dirigeants ecclésiaux et les hommes d’État ? L’histoire des écoles catholiques ainsi construite et interrogée sous ces trois aspects apporte une contribution à la compréhension des politiques d’éducation suivies au temps présent.

The orientations of school policies, the impact of the market economy and the forms of collective mobilisation have rarely been analysed through the changes occurring in the sectors of private education. In this study carried out on the basis of archives and interviews, the author highlights three major aspects of the itinerary of Catholic schools in sub-Saharan Africa: the internationalisation of Catholic school networks and the dynamics of their integration into national public teaching systems, the effects of school privatisation on teaching orders and the mobilisation of increasingly politicised protagonists since the 1990s. The first of these distinguishes two trends relating to the colonial school heritage: European missionaries from the former Belgian colonies where Catholic education was hegemonic, supported by the Vatican, sought to federate Catholic school networks, while other missionaries from French-speaking West Africa, sought to favour the national integration of these schools. Could Catholic Pan-Africanism really triumph if political Pan-Africanism was not a success? The second, centred on the example of the Ivory Coast, lists the structural changes resulting from the application of adjustment plans: how have the Churches and teachers reacted to austerity measures? Can we really speak of school “privatisation”, given that certain leaders and teachers demand State support? Finally, the third analyses the role of the Catholic Church in the union and student struggles in the political and economic context of the 1990s: how did new actors step in between Church leaders and statesmen? The history of Catholic schools constructed and analysed from these three standpoints contributes to a better understanding of the education policies pursued in recent times.

 

Site internet réalisé par Informatique Libre